Ecrits littéraires

Les domaines de l’écriture littéraire que j’aborde sont :

  • essais,
  • romans,
  • nouvelles,
  • poésies,
  • éloges, hommages
  • biographies, mémoires, fragments de vie
  • théâtre,
  • les récits de vie d’une entreprise…

Vous souhaitez écrire l’histoire de votre vie, la transmettre à vos enfants, mes compétences sont à votre disposition. J’enregistre, je prends des notes et ensemble nous écrivons votre biographie.

Si vous souhaitez rendre un hommage à une personne que vous aimez et lui écrire un poème, je tiendrai la plume pour vous. Nous travaillerons ensemble pour cibler les éléments que vous souhaitez intégrer dans votre hommage et ainsi recueillir la « substantifique moelle ». Voyez-vous, un écrivain public entend aussi les « non-dits ».

Vous avez écrit un manuscrit mais vous vous rendez compte que quelque chose ne va pas. Vous avez besoin d’un regard extérieur, professionnel, que ce soit pour le fond ou la forme (les fautes d’orthographe, la syntaxe, la grammaire, la mise en page…), je suis là pour apporter cette aide. Une simple lecture, faites appel à mes services.

- J’ai beaucoup d’idées, mais je n’arrive pas à démarrer…
- Hum… Je vois… La page blanche vous paralyse…

Dans ce cas, je peux devenir votre coach ; je peux vous donner des pistes pour commencer votre écriture. Par la suite, soit vous continuez tout seul, soit nous poursuivons la création de votre œuvre, ensemble, jusqu’au bout.

Qu’ai-je écrit ?

Préface d’une biographie qui devait être écrite par mon amie Isabelle, mais…

PREFACE
Je ne vous connais pas… Pas encore. J’ai entendu parler de vous… Tellement… Rassurez-vous, elle n’a jamais enfreint la déontologie. Vous étiez sa première biographie. La commande dont elle rêvait. Elle était ravie de votre rencontre : tant de points communs semblait-il. Elle jubilait littéralement. Passionnée par son métier d’écrivain public, par les hommes, la vie tout simplement. Cette même vie qui s’est arrêtée de battre dans son cœur, un 10 juin 2005. La Bérézina pour tous : famille, amis, collègues … Fin juillet, toujours le chaos dans les cœurs. Cependant il faut continuer. Elle n’aurait pas aimé qu’on se laissât « envahir » par le chagrin. Je pensais souvent à vous et à ce travail interrompu brutalement par le décès d’Isabelle. Votre biographie inachevée, à peine commencée… Des cassettes, quelques pages, les premières ébauches de son écriture, ses brouillons. Elle est le lien entre vous et moi et le restera… A tout jamais. Je tenterai de marcher dans ses empreintes : elle en a laissé quelques unes. Je n’ai pas peur, je suis juste émue. Elle, notre fil d’Ariane me guidera. Elle avait entamé l’écriture de votre vie. Elle était si heureuse. Je ne sais toujours pas si je dois prendre la relève.  Elle était brune, avait des origines espagnoles et comme vous était une « montagnarde ». Moi, je suis née en Belgique, dans le plat pays de Monsieur Brel… Puis la Provence a fait de moi sa fille adoptive. Tout ceci pour vous expliquer que je ne suis pas encore vraiment « dedans ».  Nos styles sont différents. Je l’appelais « Madame Proust », c’est vous dire les phrases longues et les constructions ! Elle était très technique… Ecriture « réfléchie ». Je suis son contraire… Les contraires s’attirent, sont complémentaires. Je suis dans l’écriture spontanée, les phrases courtes. Elle contrôle, maîtrise… Je jette les mots sur le papier dès qu’ils se forment dans ma tête. J’aime leur instantanéité, ils n’ont pas été déshabillés de leur émotion. C’est ainsi que nous grandissions sur le chemin de l’écriture, osant marcher dans les pas de l’autre. Nous apprenions l’une de l’autre, sans cesse, toujours… Elle et moi étions devenues amies, de plume, de cœur tout simplement. Finalement, j’écrirai votre biographie Leonor, pour vous, pour elle pour moi. Je ne saurais vous donner les raisons, je sais juste que je dois le faire.  Je ne vous connais pas encore très bien. Nous avons parlé au téléphone. J’ai du mal à imaginer votre visage, sûrement ne suis-je pas encore assez dans l’empathie. Vous me parlez de votre maison située entre deux grands champs de tournesols, de votre potager, de vos enfants dont une porte le même prénom que moi : Hélène. Coïncidence ? Hasard ? Signe ? De votre demeure vous voyez au loin les montagnes du département voisin : le Tarn. Au fur et à mesure que je vous écoute, je pénètre doucement dans votre vie, vous m’accueillez à bras ouverts, moi l’étrangère… C’est peut être le phénomène qui me touche le plus dans mon métier. Cette confiance que les gens vous accordent. Je vous écoute encore et toujours… Je ne peux m’empêcher d’imaginer Isabelle près de vous, recueillant vos propos sur son petit magnétophone. Elle est en pleine interview. Pour le moment je suis toujours spectatrice. Je deviens cependant actant en écrivant ces mots, cette préface que j’ai voulue rédiger avant de découvrir tous les documents échoués sur mon bureau. Car incontestablement, il y a eu là-bas, dans les Pyrénées, ce 10 juin 2005, un naufrage. Il me faudra sûrement quelques jours pour pouvoir écouter les cassettes… La voix d’Isabelle… La vôtre. La charge émotionnelle sera forte, je le sais d’avance.  Au fur et à mesure que j’avancerai dans tes pages mon amie Isabelle, je t’imaginerai face à moi, je crois même que tu seras présente. C’est aussi cela, la force de l’écrit : la sincérité anime la présence. Cette dernière phrase t’appartient, elle est la synthèse de nos réflexions communes. Cette biographie, je l’écrirai dans cet esprit.  Naissance d’une oeuvre à trois voix dont la mélodie et les harmonies portent ton prénom : Isabelle.

Hélène Grosso
Le 10 août 2005

Chronique : DE L’AUTRE COTE DU MIROIR
extrait

Qu’est-ce qu’il dit le Monsieur ? Je ne comprends pas bien. Pourquoi il me dit cette phrase sans queue ni tête ? Il doit être bien fatigué. Les docteurs de nos jours sont « surbookés » comme on dit maintenant. Faut te reposer Docteur tu sais. Tu ne peux pas prendre comme ça les gens dans un coin plus ou moins isolé pour leur annoncer qu’un proche a un cancer et que c’est grave, qu’il faut tout de suite s’en occuper. Pourquoi tu me regardes comme ça ? Oui ? Je sais, je ne te réponds pas, je fais mon monologue intérieur. Tu sais, j’ai appris à nommer cet outil à la faculté de Toulon, récemment. Bref, je m’égare. Tu m’observes, tu attends bien sagement que je reprenne mes esprits. Tu as compris que j’étais en état de choc, bien sûr, tu es docteur, où avais-je la tête ? Ma tête, parlons-en, elle va éclater. J’étais juste venue accompagner mon père à une radio du thorax, cela devait prendre quelques minutes, je ne devais même pas te voir. Alors, quand tu as dit vouloir me voir toute seule, j’ai commencé à me sentir pas bien. Alerte, danger. Et me voilà plantée devant toi, ne sachant que dire, ni faire. Oui, je t’entends, mais laisse-moi digérer les informations. Ah, les mots et leurs pouvoirs ! L’anesthésie est passée. Tu vois, je te réponds, je te pose même des questions mais maintenant que tu as lancé ton pavé dans la mare, tu ne veux plus répondre à toutes mes interrogations. Tu dis qu’il faut que je prenne rendez-vous très vite avec le médecin de famille, qu’il m’expliquera mieux. Tu vas me préparer le compte rendu pour demain matin, pas avant midi. Il faut bien que je comprenne que tu as énormément de travail. Je ne te trouve plus aussi sympathique qu’au début. Tu m’abandonnes là au milieu de ce couloir, je te serre la main, je suis bien élevée et un peu perdue aussi. Récupérer mon père dans la salle d’attente. Il doit se demander ce qui se passe. Pourquoi ce docteur veut voir sa fille et pas lui. Moi, à sa place, c’est sûr que je me poserai la question. Mettre très vite un plan en place et ne pas craquer. Je commence par me convaincre, juste ce qu’il faut, que le toubib s’est peut être trompé. Je ne suis pas dupe au fond, je sais qu’il a raison mais je dois jouer un rôle et protéger les miens. Commencer par le début. Ramener mon père à la maison et rassurer. Comment affronter le regard de ma mère ? Elle est très perspicace. Lui mentir me répugne. Contourner l’obstacle. Attendre ce fichu compte rendu et ensuite… ensuite, je ne sais pas, une chose après l’autre. A compter d’aujourd’hui, je vis au jour le jour avec la ferme intention de ne pas passer à côté de mon père comme je suis passée à côté de mon amie Marie. J’avais refusé l’inévitable et quand la mort l’a emportée, je n’ai eu aucun recours. Il y a des chagrins que personne ne peut consoler. Ils se transforment en remords, en regrets. Je ne ferai pas la même erreur.

Parmi mes nombreuses productions, j’ai écrit les deux poèmes :

A qui la faute ?

Animale

Je préfère le second, mais cela n’engage que moi. Le premier a été primé. D’autres extraits sont disponibles dans le menu « Mes écrits ».